Lors du dîner débat de D12 du 22 février, nous avions fait le constat que tout le monde continuait à faire du « Hollande bashing » même après son renoncement. Aucun candidat, aucun parti ne valorisait le bilan du quinquennat, au contraire les candidats le critiquaient ou essayaient de s’en démarquer. Par ailleurs les médias, n’en parlent plus, même quand les nouvelles sont bonnes. Les media ne relaient plus non plus la parole du Président. Tout le monde a l’air de passer par pertes et profits un quinquennat qui, quoique certains en disent, a pourtant été très important pour l’adaptation de la France au monde tel qu’il est au XXIème siècle. Il ne faudrait pas que tout ce qui a été fait pendant ces 5 dernières années soit rayé de la mémoire collective.

 

D12 a donc décidé de reprendre une initiative dans ce domaine. Un groupe de travail ad hoc a été constitué (Christian Tardivon, Nila Mitha, Wenceslas Baudrillart, Françoise Delcan, Florence Ginisty, Marie d’Ouince, Christian Zerbib, Emilie Le Bon et Savannah Macé). La plupart des membres ont envoyé des contributions sur ce sujet, et une réunion de synthèse eut lieu le 1er mars.

 

Après avoir écouté nos « spécialistes », nous avons pensé que ce serait risqué de lancer une pétition citoyenne uniquement de soutien au bilan de François Hollande, car l’attention des Françaises et des Français est surtout tournée vers la campagne électorale en ce moment. Il fut donc décidé simplement de renvoyer un argumentaire percutant sur le bilan aux membres de D12, à charge pour eux de l’utiliser au mieux sur le terrain, auprès de la Presse Quotidienne Régionale, dans des réunions ou dans leurs discussions.

 

Par contre il fut décidé de se lancer dans une analyse comparée des programmes des autres candidats et de signaler les convergences et les divergences avec l’action de François Hollande.

 

1) Le bilan :

Sur le plan économique, le CICE, le Pacte de responsabilité, la loi Macron, la loi El Khomri, le soutien aux secteurs d’avenir comme l’économie numérique… commencent à porter leurs fruits. Les chiffres, qui tombent chaque semaine, montrent que ces mesures décidées par François Hollande au cours du quinquennat ont été positives notamment pour une meilleure compétitivité des entreprises, et une réduction des déficits et du déficit budgétaire en particulier (-3,3 % en 2016 contre -4,8 % en 2012). En matière de créations d’emplois, c’est vrai que le chômage a continué à augmenter jusqu’en 2015, mais il a commencé à baisser depuis (190000 emplois marchands créés en 2016, un record depuis 2008).

Sur le plan international, le bilan est indiscutable. Le succès de la COP21 en est un des faits les plus marquants, alliant succès diplomatique à la protection de l’environnement et à la lutte contre le réchauffement climatique. L’implication de la France a été déterminante aussi dans le sauvetage de la Grèce et la réorientation progressive de l’Europe. Sur le plan mondial la France est respectée. En Asie-Pacifique par exemple François Hollande sera allé : en Chine, au Japon en Inde, au Kazakhstan, au Vietnam, à Singapour, en Malaisie, en Indonésie… et pour la première fois de l’histoire de la Vème  République un Président sera allé au Laos, aux Philippines, en Australie… Et souvent avec à la clef la signature de contrats importants pour nos entreprises et donc pour l’emploi.

Ce n’est pas pour rien qu’aux lendemains des attentats contre Charlie Hebdo, le « monde entier », représenté par les chefs d’Etat et de Gouvernement, a défilé à Paris par solidarité.

Sur le plan sociétal plusieurs mesures peuvent être mises à l’actif de ce quinquennat : la plus emblématique est le « mariage pour tous », mais tout le monde oublie, en cette période de polémique dans les abattoirs, que c’est sous François Hollande qu’un statut « d’être sensible » a été voté pour les animaux, qui jusqu’à maintenant étaient considérés comme des « biens meubles ».

Sur le plan social de nombreuses mesures ont été prises comme le rétablissement de la retraite à 60 ans pour les carrières longues, l’introduction d’administrateurs salariés dans les Conseils d’administration, la création d’une mutuelle pour tous les salariés, du Compte personnel d’activité… Le pouvoir d’achat moyen des ménages a augmenté (+1,6 % en 2016 contre -0,9 % en 2012).

Sur le plan politique, il est regrettable que tout le monde oublie deux réformes historiques : l’élection par binôme homme femme dans les élections départementales qui a établi, du jour au lendemain, la parité totale dans les Conseils départementaux, et la réforme des Régions demandée depuis longtemps et qui a enfin créé 13 grandes régions métropolitaines pouvant mieux soutenir la concurrence avec les régions espagnoles ou les landers allemands. De plus, François Hollande n’a pas de « casseroles » et a amélioré la transparence de la vie politique en créant le Parquet National Financier après l’affaire Cahuzac.

Et l’on pourrait continuer, avec les mesures pour l’Education Nationale, pour les étudiants, la garantie jeunes etc.

Certes tout n’a pas été réussi et beaucoup reste à faire. Mais dans un contexte de crise économique internationale, de crise de l’Euro, de tensions au niveau mondial, de terrorisme… la France a tenu bon : il n’y a pas eu d’austérité (pas de réduction des salaires ni des retraites), ni de récession et la croissance est revenue (1,2 % en 2016 contre 0,2 % en 2012), même si c’est à un niveau encore trop faible. Nous avons renforcé notre défense et notre sécurité. Nous avons enfin préservé et même amélioré notre modèle social.

Les Françaises et les Français devraient prendre conscience de cette situation, qu’à bien des égards beaucoup de pays du monde nous envient.

 

2) L’analyse des programmes des candidats.

 

Nous nous réjouissons, d’avoir décidé de ne pas nous précipiter et de réunir le Bureau après le 21 mars, car il se passe quelque chose tous les jours et nous ne saurons vraiment qu’à ce moment-là qui seront les candidats aux élections présidentielles.

En attendant, pour éclairer nos éventuels choix et nos votes futurs, nous demandons à toutes celles et à tous ceux qui le veulent, de nous envoyer leurs avis sur les programmes des uns et des autres, du moins sur ce qu’en dit la presse ou sur ce qui est distribué dans leurs divers documents de campagne.

Avec trois optiques : qu’est ce qui pourrait convenir à D12 ou au contraire être rejeté par D12 dans tel ou tel programme, quelles sont les propositions de D12 qui ont été retenues par tel ou tel, et enfin quelles sont les convergences et les divergences de l’un ou l’autre avec l’action de François Hollande pendant les cinq dernières années et la ligne politique portée par François Hollande pendant son quinquennat.

De notre côté nous mettons en place un groupe ad hoc autour de Christian Tardivon, Nila Mitha, Wenceslas Baudrillart, Florence Ginisty et Savannah Macé. Ce groupe sera chargé de recevoir toutes vos contributions, de proposer aussi des analyses, de faire la synthèse de tout cela pour le Bureau de la fin du mois.

Une fois cette analyse faîte, nous y verrons plus clair sur le plan programmatique et nous pourrons envoyer à certains candidats des souhaits de D12, si nous voyons que deux ou trois des propositions auxquelles nous tenons n’ont été retenues par aucun candidat.

Ainsi pendant le mois de mars, D12 aura encore fait œuvre utile : de défense du Bilan de François Hollande que nous avons soutenu pendant 5 ans, et d’analyse des autres programmes au regard des convergences et des divergences avec la ligne politique de ce Bilan.

 

Bien sûr, nous aurions préféré que François Hollande soit candidat, certains ont même caressé l’espoir qu’il revienne devant le « bazar » actuel. Mais soyons réalistes, cette option est de moins en moins envisageable. Si ce n’est donc lui, défendons donc son bilan, et jugeons les autres programmes à l’aulne de ce dernier.

 

Au travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *