Le mouvement D12 présidé par Jean-Marie Cambacérès, ancien député, a été reçu par le Président de la République à l’Elysée le 18 janvier.

D12 avait été créée en mai 2010 pour soutenir la candidature de François Hollande. Ce club regroupe : des socialistes bien sûr, mais aussi des centristes, des gaullistes de gauche, des radicaux, des écologistes et surtout des représentants de la « société civile » non membres de partis. Ce club comptait 800 membres en mai 2012 et 1200 maintenant, dans la région parisienne, bien sûr, mais aussi dans les autres régions de France.

Le Président de la République avait tenu à réunir une quarantaine de responsables de D12, pour les remercier de leur soutient permanent. Jean-Marie Cambacérès avait proposé une liste permettant la représentation de toutes les sensibilités ainsi que des différentes instances de D12 : le Bureau National, le Conseil Stratégique, le Conseil Représentatif des Régions, le groupe « jeunes », le groupe « femmes », les anciens de la promotion « Voltaire »… Une quinzaine de responsables départementaux étaient là : du Gard, de l’Ardèche, de la Lozère, de la Corrèze, de l’Aude, de la Moselle, de Haute-Garonne, de Corse, du Haut-Rhin, du Finistère, de l’Hérault et de plusieurs départements de la Région parisienne.

Dans son discours d’accueil le Président de la République est longuement revenu sur le soutien permanent que lui avait apporté  D12 depuis le début, les notes qu’il recevait après les déjeuners de travail, les synthèses trimestrielles des régions, les rencontres personnelles avec les uns et les autres, les propositions… Il a même précisé qu’il savait que D12 avait organisé un vote en ligne sur une trentaine de propositions, montrant à tous qu’il avait suivi personnellement tout cela. Les participants ont été particulièrement sensibles à ces rappels. Il a conclu en demandant à tous de rester mobilisés, car le quinquennat n’était pas terminé, qu’il était toujours là. Suscitants à cette évocation des applaudissements nourris.

En retour, Jean-Marie Cambacérès remercia le Président de la République de cette réception collective. Il rappela que D12 avait été déçu de sa décision de retrait et en colère contre tous ceux qui l’avaient poussé à cette décision, car nous pensions que son bilan était bon et qu’il était le plus à même de rassembler la gauche et les forces de progrès, mais nous ne pouvions « être plus royaliste que le Roi ». Jean-Marie Cambacérès fit aussi remarquer que sa décision n’avait provoqué aucun sursaut de responsabilité des uns et des autres et que la Gauche et les forces de progrès étaient encore plus fractionnées qu’avant. Face à cette situation, D12 avait décidé de rester neutre dans les circonstances actuelles. Il assura le Président de la  République de la fidélité de D12 et émit le rêve que l’Histoire rabatte les cartes et provoque une nouvelle donne.

Le Président très détendu resta ensuite près d’une heure avec ses invités, ayant un mot pour chacune et chacun, se rappelant toutes les rencontres en province avec les uns et les autres, connaissant tous les recoins de France comme François Mitterrand, prenant des selfies avec chacun et des photos avec tout le monde.

Au bout d’une heure, c’est à regret que tous les présents durent dire au revoir à leur Président et ami. Une soirée mémorable dont tous se rappelleront.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *