Suite à la victoire de Benoit Hamon et à sa désignation comme candidat socialiste pour les élections présidentielles, le Bureau National de D12 a décidé le retrait de D12 de la Belle Alliance Populaire (BAP) et demande au PS que son logo, et tout autre signe d’adhésion, soit retiré de toute publication, vidéo ou autre matériel de la BAP, avant le meeting du 5 février.

Le deuxième tour de la primaire de la BAP a désigné Benoit Hamon comme candidat à l’élection présidentielle. Nous pensons que ce choix ne correspond pas aux intérêts objectifs de la gauche et des forces de progrès. En effet pour devenir Président de la République, il faut en avoir la capacité de réunir sur son nom 51 % des suffrages. Historiquement seul François Mitterrand et François Hollande y sont arrivés en 59 ans de Vème République, et nous pensons que ces conditions sont hors de portée pour Benoit Hamon. Le Bureau national de D12, réuni le 27 janvier avait envisagé les deux cas de figure, et avait décidé à l’unanimité, si Benoit Hamon gagnait, de sortir immédiatement de la BAP et de nous démarquer au plus vite de cette désignation. En effet, D12 n’est pas un parti politique, et nous n’avons pas les mêmes contraintes que les responsables du PS.

 

Nous avions décidé en juillet 2016 d’intégrer la BAP et de participer à la primaire car nous pensions que François Hollande y serait candidat. En effet, nous voulions le soutenir : car c’est un homme politique et un homme d’Etat honnête, son bilan est globalement bon et c’était le plus à même de rassembler les Françaises et les Français.

Nous avons participé régulièrement aux réunions du mercredi de la BAP et aux Universités de l’Engagement (Jean-Marie Cambacérès, président de D12 a tout particulièrement participé à celle de Dijon) ainsi qu’à d’autres initiatives.

 

François Hollande ayant renoncé à être candidat le 1er décembre, le Bureau national de D12 a décidé à l’unanimité, dès le 2 décembre, d’être neutre en tant qu’organisation face à tous les candidats qu’ils soient dans la primaire ou en dehors, mais de rester dans la BAP et de participer au meeting du 3 décembre, par respect de la parole donnée et pour ne pas affaiblir la Primaire de la BAP après le succès de la Primaire de la droite.

 

En ce qui concerne le premier tour, D12 était resté neutre, car sur les 7 candidats, 5 correspondaient à des sensibilités représentées dans notre club. Seuls Arnaud Montebourg et Benoit Hamon ne pouvaient s’inscrire dans nos choix éventuels.

Au deuxième tour, nous avions appelé, ceux qui dans notre organisation participaient à la primaire, à voter pour Manuel Valls, car, malgré les reproches qui pouvaient lui être faits, et que nous connaissons mieux que quiconque, il était le plus proche : de la défense du bilan du quinquennat auquel nous tenions, de notre conception de l’avenir et de l’image du dirigeant qu’il fallait à la France face au monde instable dans lequel nous sommes et à l’Union Européenne attaquée de toute part. De plus, nous pensons, que tout candidat qui ne s’appuiera pas sur le bilan du quinquennat se condamnera de lui-même à l’échec.

 

La primaire ayant finalement désigné Benoit Hamon, il n’est pas possible pour D12, qui a approuvé globalement les actions et décisions des gouvernements pendant le quinquennat de François Hollande, de soutenir celui qui en a été l’un des principaux dynamiteurs. Nous ne pouvons pas soutenir ce formidable bond en arrière qui, après quelques jours de rêve, risque de se transformer en cauchemar.

 

La Gauche de Gouvernement est éliminée, ce sont les travailleurs et les plus faibles dans notre société qui vont trinquer. En effet, même si elle ne fait pas toujours rêver, c’est la Gauche réaliste et réformiste, acceptant de se confronter au réel, qui, historiquement, a permis toutes les avancées sociales et sociétales par des réformes progressives tout en s’adaptant au monde qui bouge, à la société qui change et à la Terre qui chauffe.

 

Pendant les trois mois qui restent avant les élections présidentielles, D12 va garder sa neutralité et concentrer ses actions à soutenir François Hollande et à défendre son bilan.

Il se passe des choses nouvelles tous les jours et il va s’en passer encore pendant trois mois. Le Bureau de D12 a donc confirmé sa décision de ne pas se précipiter et de rester neutre. Ce n’est qu’à la fin mars, quand le Conseil Constitutionnel aura proclamé la liste définitive des candidats à l’élection présidentielle, que le Bureau de D12 prendra à nouveau position. En attendant, D12 va poursuivre son action (déjeuners d’écoute, dîners-débats, visites en région, prises de position, etc.)

 

Face à la droite et à l’extrême droite, tout ça est quand même mal parti. D12 espère encore que l’Histoire va redistribuer les cartes et provoquer une nouvelle donne. D12 se tient prêt à toute éventualité.

 

Paris le 30 janvier 2016.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *