Jean-Marie Cambacérès et Marie d’Ouince ont repris les déjeuners de presse du Club D12 d’A2M. Le premier de cette nouvelle série s’est tenu le lundi 20 novembre avec des journalistes de l’AFP, de RTL et du Parisien.

Jean-Marie Cambacérès a rapidement retracé l’historique de Démocratie 2012, créée en 2009 pour soutenir la candidature de François Hollande. D12  a continué son action pendant tout le quinquennat en poursuivant cette fonction de soutien, en faisant des groupes de réflexion et des dîners-débats et en se développant par des réunions en régions. En 2016, D12 avait publié un fascicule « Pour un nouvel élan », qui devait contribuer au programme de François Hollande pour sa nouvelle candidature .

Le renoncement de François Hollande a entrainé une période de turbulence pour D12, à travers la  primaire de la Belle Alliance Populaire, la position de neutralité officielle au premier tour mais en fait de soutien « les yeux ouverts » à Emmanuel Macron (dont 60% du programme s’inscrivait dans la continuité de l’action de François Hollande et des propositions de D12) et enfin d’appel à l’unanimité à voter Emmanuel Macron au 2ème tour.

Nous sommes maintenant dans une nouvelle période. Pour symboliser cela et pour ne pas suivre ceux qui voulaient se mettre dans l’orbite d’EM, D12 a décidé de se dissoudre en mai et de basculer ses activités administratives, comptables et autres dans l’association A2M qui existait déjà, et ainsi rester indépendant. Le Club D12 est maintenant un club informel à l’intérieur d’A2M. Et les activités ont repris petit à petit depuis les « Rencontres d’été » des 22 et 23 juillet mais d’une manière allégée. Dîners-débats, réunions en régions, déjeuners de presse… ont peu à peu repris depuis la rentrée. Sur le plan de la réflexion, D12 n’entend pas refaire des groupes de réflexion sur tous les sujets comme il y a cinq ans, mais se concentrer sur 3 ou 4 sujets comme la défense objective du bilan de François Hollande ou « l’économie solidaire et sociale ». Un groupe sera aussi mis en place pour « toiletter » le document « Pour un nouvel élan ».

En conclusion D12 pense que le débat gauche-droite reprendra vite force et vigueur dans notre pays, même si certains le croient dépassé, et qu’il faut avoir une analyse à trois niveaux sur la situation actuelle : le chef de l’Etat, le Gouvernement et « En Marche », ainsi qu’une attitude différente à l’égard de chacun d’eux. D12 pense que cette analyse, peu reprise en ce moment, deviendra de plus en plus pertinente. D12 est un club qui le moment venu sera prêt à s’agréger à une grande force politique : sociale, démocratique, écologiste et Européenne, s’inscrivant dans la tradition de Jaurès, et dont la France  a besoin pour ses débats démocratiques futurs face à une droite qui elle aussi va se restructurer. On ne peut laisser un « extrême centre » (même hytech) vouloir être seul face à une « extrême gauche » et une « extrême droite ».

Les journalistes ont posé beaucoup de questions : sur François Hollande, sur le Parti Socialiste, sur Stéphane le Foll, sur Bernard Cazeneuve, sur En Marche… Jean-Marie Cambacérès et Marie d’Ouince répondirent au mieux, tout en le faisant avec prudence et humilité, tant, les bouleversements avaient été importants au cours de l’année écoulée et que d’autres imprévus pouvaient encore apparaître : la situation en Allemagne en étant un nouvel exemple.

Dans une deuxième partie du déjeuner, les journalistes posèrent beaucoup de questions à Jean-Marie Cambacérès eu égard à son autre « casquette » internationale : sur la Corée du Nord, la Chine et son projet des « nouvelles routes de la soie », l’Europe, la situation des Rohingyas en Birmanie, les Balkans occidentaux… Ce dernier y répondit en détail en précisant qu’il parlait là à titre personnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *