Comme cela avait été décidé lors des Rencontres d’été d’A2M, le Club D12 d’A2M a repris ses dîners-débats. Celui du 18 octobre dernier avait lieu sous la présidence de Jean-Marie Cambacérès, avec Laurent Stefanini ancien Chef du Protocole à l’Elysée et ambassadeur de France auprès de l’UNESCO, sur le thème « Gastronomie et diplomatie ».

 

Ce dîner-débat affichait « tables combles », avec surtout deux phénomènes : un tiers des participants étaient nouveaux et il y avait beaucoup de jeunes. Cela est encourageant après les turbulences post-élections présidentielles.

 

Avant de lancer le débat avec Laurent Stefanini, Jean-Marie Cambacérès rappela pour les nouvelles et nouveaux, l’historique de Démocratie 2012 (D12), sa dissolution en mai et son intégration dans A2M (qui garde en son sein deux clubs informels : un Club D12 de réflexion, et un Club viticole de convivialité). Il précisa aussi le positionnement de ce Club D12 face à la nouvelle configuration politique en France, et le cadrage des actions pour les mois à venir. (Les propos d’introduction de Jean-Marie Cambacérès feront l’objet d’un texte à part qui sera envoyé à tout le listing de l’ex-D12).

 

Laurent Stefanini prit ensuite la parole sur deux sujets : 1) L’élection d’Audrey Azoulay comme Directrice Générale de l’UNESCO, et 2) la présentation de son livre « A la table des diplomates ». En ce qui concerne l’élection d’Audrey Azoulay, il fit un récit passionnant de cette épopée difficile depuis la « campagne électorale » spéciale lancée par François Hollande en mars, poursuivie par Emmanuel Macron, nourrie par la pugnacité d’Audrey Azoulay, jusqu’aux cinq tours de votes nécessaires du Conseil Exécutif de l’UNESCO la semaine dernière pour arriver à une victoire au finish à 2 voix près (30 contre 28) de la candidate française contre le candidat Qatari.

Il fit ensuite une longue présentation très intéressante sur le rôle de la gastronomie dans la diplomatie française en décrivant quelques grands dîners diplomatiques ou d’Etat depuis François 1er jusqu’à la COP21 en passant bien sûr par le Congrès de Vienne.

 

Après le deuxième plat , de nombreuses questions furent posées par l’assistance sur les deux sujets. A toutes, Laurent Stefanini, en grand diplomate, subtil et très expérimenté qu’il est, répondit parfaitement au grand plaisir de toutes les présentes et tous les présents. De longs applaudissements montrèrent le succès de ses propos et de ce dîner-débat du Club D12.

Après le repas, Laurent Stefanini se prêta avec gentillesse à plusieurs séances photos.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *