66.300 demandeurs d’emploi de moins au 30 septembre. Voici la plus forte baisse jamais enregistrée par Pôle Emploi sur un mois. Soulignons ce qu’il y a de plus positif dans ce résultat : le chômage des jeunes est aujourd’hui inférieur à son niveau de mai 2012 quand François Hollande a été élu président de la République avec la volonté de s’engager tout particulièrement en leur faveur. Et si le nombre de jeunes chômeurs baisse, ce n’est pas en raison des entrées en formation puisque le nombre des sorties de formation est égal au nombre des entrées.

Au-delà de ce chiffre du mois, le chômage baisse en moyenne depuis trois trimestres. Nous nous trouvons donc bien devant une tendance lourde et non devant une variation erratique comme en connait parfois la statistique mensuelle. Cette évolution est en totale cohérence avec les autres indicateurs économiques. La mesure du chômage par l’INSEE selon les critères du BIT affiche la même tendance.  L’évolution de l’emploi lui-même suit la même direction : depuis la fin de 2014, trimestre après trimestre, l’INSEE enregistre une création nette d’emplois que même les attentats terroristes avec leurs conséquences sur l’activité touristique n’ont pas interrompue.

Cette évolution est vertueuse : elle vient des ménages comme des entreprises. La demande des ménages est soutenue par l’augmentation des salaires, les baisses d’impôt et l’augmentation des prestations sociales. L’activité des entreprises est portée par les mesures prises pour restaurer leur compétitivité avec le Pacte de responsabilité et le Crédit d’impôt pour la croissance et l’emploi. L’économie française va mieux et cette amélioration va se poursuivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *