Depuis la fin de l’année dernière les socialistes du Club D12 soutiennent la candidature de Stéphane Le Foll au poste de Premier Secrétaire du PS, son texte sur Jaurès nous avait séduit. Nous même lors de nos « Rencontres d’été » en juillet dernier, nous avions fait référence à Jaurès. En janvier, nous avons mobilisé notre réseau à Paris et dans les régions pour trouver des référents, des soutiens et récolter les arguments et propositions.

 

Mardi dernier, 20 février, lors de la réunion des référents, responsables des équipes et principaux soutiens à Solferino pour lancer officiellement la campagne interne, nous étions une quinzaine du Club D12, parmi les plus de 200 présents, dans une ambiance extraordinaire (photos ci-jointes).

Merci à toutes et tous ceux qui se sont déplacés, parfois de loin. Cette réunion nous a montré que quelque chose était en train de bouger parmi les militantes et les militants en faveur de Stéphane Le Foll.

 

Début janvier, Olivier Faure présentait un texte « attrape tout » signé par une coalition d’une centaine de signatures contradictoires allant de Martine Aubry  aux amis de Manuel Valls en passant par des « frondeurs ». Cette alliance contre-nature et ce nombre important de signatures étaient sensés « tuer le match » et conclure le Congrès avant le vote des militantes et des militants. Mais la manoeuvre a été éventée. D’abord, plusieurs signataires n’étaient pas secrétaires fédéraux comme il était indiqué, pour « impressionner », d’autres ont fait savoir qu’ils n’avaient pas donner leurs signatures alors qu’ils étaient cités, enfin, un œil averti s’est aperçu que sur la centaine de signatures, 35 étaient du seul département de la Haute-Garonne.  Mais au-delà de ces « anomalies », ce qui a surtout choqué, c’est que des alliances soient conclues, que les postes soient distribués, avant même le vote des militantes et des militants pour définir la ligne et désigner celui qui la mettra en œuvre et dirigera le Parti. Le fait qu’une coalition soit faîte avant la discussion sur la ligne et par des responsables qui ont des agendas opposés entrainera dès le lendemain du Congrès, des divisions et un immobilisme qui fera du PS et du groupe à l’Assemblée Nationale des structures inaudibles comme depuis un an. D’ailleurs le Groupe à l’Assemblée Nationale ne s’appelle plus Groupe Socialiste, donc quand il y a une expression, on ne sait même pas de qui il s’agit. Avec cette équipe le PS, déjà mal en point, finira par disparaître. Le Club D12 a d’ailleurs lancé un test lors de son apéritif-débat pour les vœux du nouvel an le 29 janvier : la question était : « Qui dirige le PS et le groupe à l’Assemblée Nationale depuis près d’un an ? ». Personne n’a été capable de donner un nom.

 

En face, Stéphane Le Foll s’est levé, avec un texte clair et seulement les 16 signataires statutaires. Et c’est lui qui peu à peu rallie les soutiens. Stéphane Le Foll rappelle qu’il y a la place entre Mélenchon et En marche pour une grande force socialiste de gouvernement. Il se réfère à notre histoire depuis Jaurès. Fidèle, il est solidaire du quinquennat de François Hollande, et en défend le bilan même s’il le fait avec lucidité. Cela est très important pour le Club D12 qui soutient aussi ce bilan. Il est dans une opposition au Gouvernement résolue mais ciblée et intelligente. Il veut remettre l’internationalisme au cœur du projet socialiste. Il s’adresse directement aux militantes et aux militants en proposant cinq grands défis pour demain :  celui de l’environnement et de la lutte contre le réchauffement climatique, le destin de l’Europe, la lutte contre les inégalités notamment patrimoniale, la laïcité et enfin la démocratie dans la République. Il propose ensuite deux phases dans la reconstruction, une dès le mois d’août jusqu’en 2020 en perspective des élections européennes et municipales, puis une autre de 2020 à 2022 pour les législatives et la présidentielle.

 

La route sera longue pour cette reconstruction, nous sommes tombés si bas depuis un an. Mais avec Stéphane le Foll, nous avons la chance d’avoir quelqu’un qui a de l’expérience, qui veut se consacrer à la reconstruction du socialisme sans autre ambition, saisissons cette chance. Il a de la notoriété et une voix forte, nous en aurons besoin pour lutter contre tous ceux qui veulent nous faire disparaître de Mélenchon à Le Pen en passant par Castaner et Wauquiez. Stéphane Le Foll redonnera la fierté aux socialistes et l’espoir en l’avenir.

 

Il faut sortir de cette situation mortifère pour la Démocratie en France, d’un « extrême centre » représenté par En Marche qui veut détruire toute opposition (de Gauche ou de Droite) à vocation gouvernementale, et ne tolère que deux extrêmes, « extrême gauche » et « extrême droite ».

Avec Stéphane Le Foll, c’est notre dernière chance, non seulement pour les socialistes mais pour toute la Gauche de recréer une grande force autour de laquelle les Françaises et les Français de progrès pourront se rassembler et envisager à nouveau l’avenir d’une manière positive.

 

C’est pour cela, qu’avec Jean-Marie Cambacérès, les socialistes du Club D12 soutiennent Stéphane Le Foll. Nous rappelons que le vote sur les textes aura lieu le 15 mars et le vote pour le Premier Secrétaire le 29 mars. Pour celles et ceux qui n’avaient pas repris leur carte, vous pourrez régulariser le jour du vote. Nous comptons sur vous pour diffuser la « bonne parole ».

Amicalement et au travail.

 

Paris le 23 février 2018.

IMG_7488 IMG_7487 IMG_7486 IMG_7500 IMG_5397 HEYM7810 HFXM4231 HTKC5993 IMG_7493 IMG_7492 IMG_7490

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *