Le 28 septembre, Jean-Marie Cambacérès a participé à la 3ème assemblée régionale des femmes d’Occitanie. C’est Geneviève Tapié qui était à l’origine de cette réunion annuelle dont le thème était : « Parité dans la sphère économique ».  Cette réunion se tenait à Carcassonne avec le soutien du Conseil Régional Occitanie présidée par Carole Delga. Une délégation de femmes d’affaires allemandes était présente dans le cadre de la « Quinzaine franco-allemande en Occitanie » organisée par la Région. Geneviève Tapié avait demandé à Jean-Marie Cambacérès d’introduire les travaux de l’après-midi en parlant de la parité au CESE et de l’action internationale du CESE, et ce en tant que président de la Section des Affaires Européennes et internationales du CESE.

Une centaine de participantes et de participants venus de tous les départements de la Région, et de nombreuses personnalités ont assistées à ces travaux, notamment : Geneviève Tapié présidente de l’Observatoire Régional de la parité et organisatrice, Alain Thirion préfet de l’Aude, Chantal Jourdan préfète honoraire, Jean-Louis Suzy président du CESER Occitanie, Denis Carretier président des chambres régionales d’agriculture, Christine Pujol présidente du groupe Cité-Hôtels, Karen Serres responsable à la FNSEA, Miren de Lorgeril présidente des vins du Languedoc et beaucoup d’autres encore.

La matinée fût consacré à faire le point sur la parité dans les organismes consulaires d’Occitanie et l’après-midi fût consacré à l’assemblée générale officielle puis aux comparaisons des avancées de la parité en France et en Allemagne. Lors de l’assemblée générale formelle, Geneviève Tapié proposa l’élection de Jean-Marie Cambacérès au Conseil d’administration de l’Observatoire Régional de la Parité d’Occitanie.

Dans son intervention Jean-Marie Cambacérès a rappelé que le monde vivait une période dangereuse avec le recul du multilatéralisme qui pouvait conduire, s’il n’y avait pas un sursaut des démocraties, à un monde où le droit international ne primerait plus et où la force s’imposerait comme solution des conflits, cela conduisant soit à la guerre, soit à la soumission des pays faibles. Il a constaté aussi que l’Europe n’allait pas mieux avec le Brexit et la montée des populismes. Il a précisé qu’à son point de vue le débat à venir  pour les élections Européennes n’était pas entre les « progressistes » et les « nationalistes », ni entre les anti et pro-européens, mais à l’intérieur des pro-européens (représentant 75% du corps électoral) entre d’une part les socialistes et socio-démocrates et d’autre part les libéraux et conservateurs pour répondre à la question : « Quelle Europe voulons nous ? ».

Il parla ensuite de la parité au CESE. Le CESE a 46% de femmes parmi ses 233 membres et parmi les 12 formations de travail, 8 sont présidées par des femmes. Il parla ensuite de l’action internationale du CESE à travers l’AICESIS, l’UCESIF et les nombreuses coopérations internationales. Il regretta que l’Allemagne ne possède pas de Conseil Economique et Social, mais rappela que la Section AEI entretenait de bonnes relations avec l’ambassade d’Allemagne.  L’ambassadeur Meyer-Landrut ayant invité la Section  en sa résidence l’Hôtel de Beauharnais et la Section ayant auditionné l’ambassadeur sur la politique d’accueil des migrants et des demandeurs d’asile de l’Allemagne.

La représentante de la Région, puis Geneviève Tapié conclurent cette journée très enrichissante pour tout le monde.

Webmaster le 29 septembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *