Le 11 juillet, Jean-Marie Cambacérès et 25 membres du réseau « Société civile et Défense » ont visité « l’Hexagone Balard » qui regroupe, depuis 2015, tous les bureaux des chefs d’état-major de la Marine, de l’armée de l’Air et de de l’armée de Terre ainsi que ceux du Chef d’état-major des Armées (CEMA) et de la DGA. Cette visite avait été programmée par le CEMA Pierre de Villiers et Jean-Marie Cambacérès en conclusion du cycle des rencontres Société civile-Défense lancées par eux depuis deux ans.

 

En préambule à la visite de « Balard », Jean-Marie Cambacérès remercia le Général Pierre de Villiers d’avoir maintenu cette visite malgré les difficultés de la période : menaces terroristes, démission de la Ministre des Armées, tensions dans les discussions sur le budget de la défense…et remercia le Colonel Patrice Jezequel commandant militaire de « Balard » d’accueillir la délégation et de lui faire visiter le site.

Le groupe des 25 personnes présentes visita ensuite les « 3 parcelles » de ce QG ultra-moderne et sécurisé, qui regroupe plus de 9000 personnels militaires et civils. Ce QG, qui a coûté environ 1 milliard d’euros, a nécessité un chantier de 4 ans et a été inauguré par le Président de la République François Hollande le 5 novembre 2015.

 

Cette visite très intéressante, était la conclusion de rencontres « Société civile-Défense » organisées par Jean-Marie Cambacérès, avec le Général de Villiers, depuis deux ans dans les salons du CEMA à l’Ecole Militaire. Jean-Marie Cambacérès et Pierre de Villiers avaient noué des relations de confiance et amicales depuis la 56ème session de l’IHEDN (2003-2004), ce qui avaient fait germé cette idée dans leurs esprits, pour contribuer à rapprocher la Nation de ses armées. Pendant 2 ans lors de déjeuners d’une dizaine de personnes ou de rencontres plus larges, le CEMA a inlassablement expliqué à tous, les nouvelles contraintes pesant sur les Forces Armées compte tenus des engagements à l’extérieur et de la mobilisation à l’intérieur du territoire national, face à la menace terroriste et la nécessité d’adapter les moyens budgétaires à ces nouvelles contraintes. Face à ces représentants de la société civile de mondes très différents (media, communication, industrie, finance, enseignement, associations…) dont beaucoup découvraient ces questions, le Général de Villiers avait aussi montré sa grande capacité d’écoute et son humanisme. Plusieurs des participants, qui ont concerné une centaine de personnes (venant de France-Asie, de D12, d’A2M ou du CESE), ont par ailleurs développé à titre personnel des relations avec l’Armée, grâce à ces déjeuners, mais la visite de « Balard » avait voulu être une conclusion collective et amicales à ces « rencontres ».

Cette conclusion fut très positive.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *